Aider son adolescente à choisir ses protections hygiéniques : le guide

Comment aider mon ado à choisir ses protections menstruelles ?

Votre fille a 10 ans, 11 ans ou 12 ans et vous voyez venir l'heure des premières règles. On ne peut pas dire que ce soit une surprise, ni que cela vous rassure tellement. Oh comme nous vous comprenons !

Nous avons pensé cet article pour vous accompagner dans ce cap et vous donner les clés pour aider votre adolescente à s'y retrouver. Aller, ça va bien se passer 😉

Mise en garde et changement générationnel

Oui, pour vous rassurer, une mise en garde est plutôt malvenue. Détrompez-vous, il s'agit uniquement de vous faire part du constat que nous avons fait : nos ados ne réfléchissent pas comme nous !

Vous souvenez-vous de vos premières règles ?

Moi oui. J'ai utilisé des serviettes hygiéniques comme ma mère avant moi. C'était à disposition, et finalement, je crois qu'elle n'avait pas testé d'autre solution. Un jour, j'étais en classe de 5e, j'ai voulu essayé un tampon hygiénique, comme mes copines. Faute d'accompagnement, ma première tentative a été un échec. Il faut dire que nous avions pris une boîte de tampons Super, sans applicateur... les plus adaptés au premier essai 😅. Bref, j'ai tourné de l'œil et n'y suis revenue, avec succès, qu'en 3e. Pour plusieurs années.

Ce qui est différent aujourd'hui

La maturité de nos ados et leur niveau d'information !

Il y a fort à parier qu'elles en sauront déjà beaucoup, voire qu'elles auront des exigences quant à leur protection. C'est plutôt une bonne chose, non ? D'autant que leur conscience écologique est bien plus aiguisée que la nôtre au même âge.

Notre premier conseil est donc le suivant : lisez notre panorama des protections saines et zéro déchet afin de connaître votre sujet et d'en discuter avec votre fille chérie.

Complétez cette lecture d'informations sur la composition des protections hygiéniques et sur le syndrome du Choc toxique, auquel on pense souvent.

Alors, faisons différemment

Deuxième conseil : repensez à cette fameuse première fois (nous parlons de règles) et imaginez ce qu'il vous aurait fallu. Ou surtout, revoyez ce que vous auriez aimé éviter. 

Peut-être est-il temps de demander à votre fille ce dont elle a besoin et ce qu'elle ne veut pas ?

3e conseil et plan d'action

Que l'heure soit venue ou que vous agissiez en prévention, voici quelques pistes d'actions :

  • présenter le choix existant de protections hygiéniques, grâce à notre article, à compléter avec les solutions hygiéniques jetables (serviettes hygiéniques et tampons)

Donnée sur les adolescentes et les protections hygiéniques externes en France

  • voyez si elle a des préférences ou des craintes
  • racontez-lui votre expérience, à condition qu'elle ne soit pas catastrophique ou terrifiante, que votre fille veuille l'entendre, que vous soyez vous-même prête à le faire
  • proposez-lui un rendez-vous avec son médecin, un.e sage-femme ou un.e gynécologue afin d'en discuter

Conseil #3 : soyez ouverte à l'échange et au désaccord. Vous n'aurez peut-être pas réponse à tout. Cela tombe bien, il y a des tas de moyens de s'informer ensemble. Le premier reste le personnel de santé. Ensuite, il y a des blogs, des pages Instagram, des groupes Facebook, Tik Tok... Vous serez très complémentaires.

Comment l'aider à choisir ?

C'est là que notre compétence s'arrête. Et la vôtre aussi. Vous ne pourrez pas faire le choix à la place de votre fille. Vous pouvez l'aider à trouver les infos, l'accompagner dans ses tests, l'aider à choisir des produits sains, mais le choix final lui reviendra. C'est elle qui se sentira bien avec une protection hygiénique et pas avec une autre.

Voici donc de grands principes à respecter par typologie de protections hygiéniques

Pour toutes les protections

  • privilégiez des produits ayant un label bio GOTS ou une certification d'innocuité Standard 100 by OekoTex. Tous deux garantissent l'absence de substances nocives. Certaines grandes marques proposent ces labels, même pour des protections jetables.
  • privilégiez des produits où les compositions affichées sont courtes et compréhensibles, comme pour l'alimentaire, c'est souvent bon signe.

Pour les protections internes

Les protections internes sont à insérer dans le vagin : tampons, cups, disques. Le risque est de les y oublier. On augmente alors le risque de syndrome du Choc toxique. Pour se protéger :

  • choisissez des tampons 100% coton, qu'ils soient lavables ou jetables
  • programmez un rappel régulier sur son téléphone
  • rappelez l'hygiène de base : se laver les mains avant et après l'insert ou le retrait de la solution interne

Pour les protections externes

Les protections externes, serviettes jetables ou lavables, culottes menstruelles, présentent moins de risque d'oubli ou de syndrome du Choc toxique. Avec elles, on craint souvent la fuite ! Pour gagner en sérénité, nous conseillons :

  • de prévoir une pochette imperméable avec des serviettes ou culottes de rechange dans son sac,
  • de prévoir une absorption supérieure au besoin, quitte à changer ses protections jetables sans les remplir.

Le coût des protections hygiéniques, surtout lorsqu'elles sont saines, peut-être un sujet sensible, lisez nos 7 astuces pour payer moins cher.


Faites le point

Conseil #4 : Prévoyez un moment pour faire le point, sans lui poser chaque demi-heure la question, votre fille doit se sentir soutenue. Et si elle ne veut pas en parler, elle sait au moins que votre porte est ouverte.

Peut-être même que ces moments d'échange vous mèneront vers de beaux partages mère-fille ?

Avez-vous pensé à célébrer ? Un restaurant, un coup de fil à sa grand-mère ou à sa tante préférée, une activité à deux (évitez peut-être la piscine 🤭). Encore un fois, sans la forcer, sans vous forcer. Ecoutez-vous ! Conseil #5.

 

 

Retours aux articles